Feel Good reads : focus sur Mathias Malzieu

Feel Good reads : focus sur Mathias Malzieu

J’aime les histoires mais les histoires bien racontées et bien écrites. Et avec cet auteur, je suis servie ! Le style de ses livres est assez indéfinissable. Parfois absurde il passe au conte initiatique, tragique, poétique… Un des seuls auteurs chez qui il m’arrive souvent de m’arrêter pour lire une phrase plusieurs fois et en apprécier la mélodie. 

Ce n’est pas pour rien que Mathias Malzieu est aussi le leader du groupe de rock Dionysos. Son écriture est une partition de musique et ses mots sont des notes. La phrase que je préfère « J’ai du pop corn dans le coeur » pour exprimer le sentiment amoureux résume bien son style imagé voire parfois enfantin.

L’amour, la mort, le bonheur, la vie, des thèmes traités avec poésie, humour ou cynisme. C’est fort, ça nous transporte, n’est-ce pas ce que l’on demande à un écrivain ?

Ses deux Best-Sellers que j’ai dévorés.

La mécanique du coeur (2007)

L’histoire commence à Édimbourg le 16 avril 1874. Jack naît le « jour le plus froid du monde » avec un cœur gelé. La sage-femme sorcière qui l’a mis au monde, le Docteur Madeleine, parvient à le sauver, en greffant sur son cœur une horloge à coucou qui l’aide à battre à un rythme normal. Jack peut vivre ainsi, mais à condition de remonter son horloge chaque jour et d’éviter toute émotion forte : pas de colère et surtout, pas de sentiments amoureux.

Jack passe son enfance auprès du docteur Madeleine, qui le considère comme un fils, et il reçoit l’amour d’Ana, Luna, et Arthur. Pour ses dix ans, Madeleine accepte de l’accompagner en ville. C’est alors qu’il tombe sous le charme d’une petite chanteuse de rue de Grenade (Andalousie), Miss Acacia, dont le souvenir l’entraînera des terres écossaises au pied de l’Alhambra dans une quête amoureuse aussi délicieuse que dévastatrice. Son cœur sera mis à rude épreuve néanmoins et malgré les avertissements de Madeleine, il découvrira l’amitié et le grand amour, celui qui révolutionnera son petit cœur mécanique.

Le roman a été adapté en film d’animation musical.

Pourquoi j’ai aimé :

Ce livre se dévore. L’écriture de Mathias Malzieu est fraîche et poétique. De jolies phrases, des sentiments purs. Un vrai petit bonbon qui fait du bien. Un univers à la Tim Burton qui nous emporte ailleurs. 

Journal d’un vampire en pyjama (2016)

Il s’agit d’un récit dans lequel l’auteur évoque les étapes de sa lutte contre une maladie rare du sang, détectée en novembre 2013, jusqu’à sa guérison survenue à la suite d’une greffe de moelle osseuse en octobre 2014. le livre est suivi de la sortie d’un album du groupe de rock Dionysos (dont Mathias Malzieu est le chanteur).

Pourquoi j’ai aimé :

Au premier abord on craint un roman triste voire déprimant. Certes la maladie est là, omniprésente. Mais l’auteur manie tellement bien la langue française et les métaphores qu’il réussit à la rendre poétique. Un chef d’oeuvre qui tire quelques larmes mais aussi beaucoup de sourires. Le courage de Mathias Malzieu force l’admiration. Un combat mené grâce à un imaginaire puissant et surtout à l’écriture qui lui est salutaire. 

A lire aussi 

Le plus petit baiser jamais recensé (2013)

Un homme voit sa dulcinée d’un soir disparaître alors qu’ils viennent d’échanger le plus petit baiser jamais recensé. Aidé d’un détective et de son perroquet, le héros va tout tenter pour retrouver cette femme invisible quitte à utiliser des méthodes peu conventionnelles basées sur la surprise.

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi (2005)

L’histoire commence par le décès de la mère du narrateur, Mathias, un jeune homme d’une trentaine d’années. Le héros a du mal à affronter cet évènement et sur le parking de l’hôpital, dans les effets personnels de sa mère, il trouve une petite horloge bloquée sur 19h30 (l’heure de la mort), où il lit une petite phrase incantatoire… Cette phrase fait apparaître Jack, géant de 4,50 m et de 130 ans, aux jambes accordéon. Jack se dit « docteur en ombrologie » : sa spécialité est de soigner les gens atteints de deuil. Il donne au narrateur un morceau de son ombre, pour l’aider à se protéger et se reconstruire. Il l’invite à un voyage fantastique dans le pays des morts. Cette évasion dans l’imaginaire permettra à Mathias de passer d’un monde enfantin peuplé de super-héros rassurants au monde plus cru et cruel des adultes.

Métamorphose en bord de ciel (2011)

Cloudman est un mauvais cascadeur. Après une énième fracture, le médecin décèle chez lui une maladie incurable. Tom commence un long séjour hospitalier pour venir à bout de « la Betterave ». Pour le sauver, une femme-oiseau lui propose un pacte : elle peut le transformer en oiseau mais, en échange, elle demande un enfant.

Bonne lecture et à très vite !


Expo coup de coeur : E. Blumenfeld @ La Cité de la Mode et du Design 

Expo coup de coeur : E. Blumenfeld @ La Cité de la Mode et du Design 

Le contexte

« Du 3 mars au 4 juin 2017, la Cité propose de partir à la découverte du cheminement artistique du photographe de mode Erwin Blumenfeld, de sa constante soif d’exploration et de sa recherche d’une identité par la photographie couleur qui, dans les années 40 et 50, va influencer l’Amérique.

[…] 170 images sont présentées. L’exposition rassemble les photographies de mode en couleurs réalisées par l‘artiste et propose une immersion dans l’univers du studio, chambre d’expérimentation de ce génie photographique. »

Plus d’informations sur le site du musée

Ce que j’ai aimé :

– l’origine de cette exposition : c’est la fille du photographe qui a entrepris le challenge de restituer l’oeuvre de son père

– la scénographie simple mais efficace

– le contraste entre les photos très colorées et celles en noir et blanc

Ce que j’ai moins aimé :

– j’ai l’habitude des grandes expo dans de plus grands musée donc j’ai été un peu frustrée. C’est une expo plus confidentielle

– je conseille de prendre l’application en plus pour avoir les informations complémentaires car peu d’explications sur les oeuvres

Une bande annonce vidéo pour vous donner envie !

Je vous laisse découvrir le travail de Blumenfeld à travers les quelques clichés pris lors de ma visite il y quelques semaines

Ça vous tente ?

A très vite.

 AmélieKif and blog

Kif #12 – La culture British

Kif #12 – La culture British

J’adore la France et suis très fière d’être française mais j’ai depuis toujours été attirée par la culture anglo-saxonne et plus particulièrement l’Angleterre.

J’ai d’ailleurs fait des études d’anglais et vécu dans le sud de l’île à Southampton pendant deux ans pour y enseigner le français. J’ai adoré cette expérience chez les Brits. Leur  humour, leur amour pour leur pays, leur culture et la famille royale. J’ai rencontré des personnes adorables, toujours prêtes à rendre service et aimables. Entre le chauffeur de bus qui vous appelle ‘sweetheart’ et la caissière de supermarché ‘darling’, je m’y suis très vite sentie comme chez moi et surtout j’ai été très agréablement surprise de leur accueil chaleureux.

Pendant ces deux années, j’ai eu la chance de visiter de nombreuses villes, Londres, Brighton, Oxford, Bristol, Cardiff, Bath ou encore Dublin. J’ai adoré le mélange des cultures qui y règne, les fish & chips, les muffins et autres cookies et fait le plein de thé!

Cette langue et façon de vivre me plaisent tellement que je ressens souvent un manque depuis que j’en suis partie il y a dix ans maintenant.

Ce weekend j’ai eu l’envie de passer une soirée 100% British avec une amie.

  • Je suis d’abord allée voir un one man show en anglais.

Il s’agit de How to become parisian in one hour au théâtre des Nouveautés à Paris. J’ai tout simplement adoré l’humoriste Olivier Giraud. J’ai été séduite par l’originalité du concept :

Après plus d’une heure de formation intensive, rien du comportement des Parisiens dans les magasins, restaurants, taxis, métros, boîtes de nuit… ne vous échappera ! 
Si vous doutez de votre niveau en anglais, rassurez vous,  les provinciaux comprennent! Vous ressortirez du théâtre en ayant l’ arrogante impression d’être bilingue. 
Venez vous détendre dans une atmosphère internationale où Français et étrangers se mélangent pour rire du comportement des habitants de la Capitale ! Et pour les Parisiens, le miroir de votre quotidien vous attend…

J’ai ri du début à la fin ainsi que tous les autres spectateurs, donc ALLEZ-Y les yeux fermés, moment de détente garanti! Olivier Giraud est très abordable et vous invite à faire un selfie en mode duck face – avec la bouche en cul de poule! – si vous le souhaitez à la fin du spectacle! Un excellent moment et je suis même repartie avec le DVD. Le spectacle sera joué à l’Olympia le 20 mai prochain.

Un petit extrait pour vous donner un aperçu ici!

  • Nous avons poursuivi cette soirée So British par un petit restaurant british non loin du théâtre : God Save The Fish11 Rue Buffault, 75009 Paris.

La déco très british faite de carrelage de style métro, de tables en bois et métal nous baigne immédiatement dans l’ambiance anglaise.

20160122_21505820160122_215043

Les menus composés de poissons, pop corn de crevettes, purée de petits pois à la menthe et de muffins  et autres carrot cakes sont intelligemment nommés : Menus William, Kate, George et Charlotte! Les prix sont raisonnables – surtout si vous réservés via la Fourchette – et les portions généreuses. L’accueil est très chaleureuse et le service rapide si vous êtes pressés. Gros coup de cœur pour le Fish & Chips très copieux et les popcorn de crevettes.

A tester d’urgence si vous êtes amateurs et nostalgiques de ce genre de cuisine comme moi! J’y retournerai for sure !

With love,

Amélie xxx

Kif #4 – Voyager

Kif #4 – Voyager

citation voyageJe pense que nous sommes nombreux(-ses) à partager ce kif car notre génération est aujourd’hui amenée à être de plus en plus mobile, notamment pour des raisons professionnelles.

Ma passion pour les voyages a commencé assez tard vers l’âge de 21 ans lors de mon séjour en Angleterre. Enfant, j’ai principalement sillonné les belles routes de France et découvert l’Alsace, la Côte d’Azur – of course – la montagne, la Corrèze, L’Ardèche, bref mes parents m’ont permis de bien connaître notre superbe pays. Mais souffrant du mal des transports, les voyages rimaient toujours avec cauchemar. Et puis en grandissant cela m’est passée du jour au lendemain, un vrai soulagement et le début du plaisir.

Pendant mes études, j’ai vécu en Angleterre pendant 2 ans et j’ai pris l’habitude de voyager le weekend. Avec ma colloc allemande, j’ai visité de nombreuses villes anglaises, galloises et irlandaises. C’est à ce moment là que j’ai pris l’avion pour la première fois. De là est venu le déclic, j’ai « chopé le virus ». Depuis je suis accro aux voyages. Ma préférence – pour l’instant – va aux pays chauds – je ne supporte pas le froid – et villes européennes. J’aime en particulier les palmiers, les étendues d’eau et les paysages grandioses. Je n’ai pas visité de nombreux pays, ni tous les continents mais je compte bien continuer à explorer le monde dans les années à venir.

kif 4Pour moi, le voyage commence d’abord par le choix de la destination. Puis j’aime ensuite me renseigner sur la culture, l’histoire, les moeurs du pays que je m’apprête à découvrir. Je fais des recherches sur internet, me procure des guides touristiques, ainsi je pars en sachant déjà ce que je veux voir et faire – c’est mon côté organisée! J’aime m’immerger dans le pays où je suis, parler avec les habitants, goûter la gastronomie et apprendre des mots et expressions de la langue locale. Ce sentiment de dépaysement me rend sereine, vivante et nourrie. En rentrant de mes voyages, je me sens plus riche, grandie et un peu différente. Cela me donne envie de partager mes découvertes et émotions avec mes proches.

En bonne touriste qui DSC00694se respecte, je mitraille tout en photo – une vraie japonaise – envoie des cartes postales – oui, oui toujours! – et rapporte des souvenirs.  Je teste les coutumes locales, comme le tatouage au henné au Maroc ou les tresses en Guadeloupe! J’aime me sentir proche de la population, la voir vivre au quotidien et découvrir un autre mode de vie différent du mien. Et en rentrant j’inonde ma page Facebook et Instagram de mes photos que je ne me lasse pas de regarder encore et encore.

DSC00122Je l’avoue, je ne suis pas une globe trotteuse sac sur le dos et dormant dans une tente Quechua! J’ai quand même besoin de mon confort. Un jour peut-être… Je suis plutôt adepte de la farniente, j’aime tout simplement lézarder au soleil au bord de la mer, ou de la piscine sur un transat avec un bon livre et un virgin mojito bien frais. C’est une manière de me reconnecter avec moi-même, de me vider la tête, de recharger les batteries et faire le plein de vitamines D.

FB_IMG_1443919440880

J’ai besoin de partir pour mieux revenir. Cela provoque en moi un déclic. Je reviens de mes voyages avec de bonnes résolutions, des nouveaux projets plein la tête, le corps détendu et la tête à moitié restée sur mon petit bout de paradis tout fraîchement quitté.

Cependant à peine rentrée, j’ai déjà en tête un nouveau séjour à venir qui me motive pour m’aider à revenir à la réalité! « Voyage, voyaaaaage. Plus loin que la nuit et le jour« . Dédicace à Desireless!

carte a gratter

Je profite de cet article pour partager avec vous une idée cadeau originale pour les passionnés de voyages : une carte du monde à gratter. Cette magnifique carte du monde n’est pas comme les autres. Recouverte d’un film doré à la surface des continents, elle invite les intrépides voyageurs à gratter les villes ou pays qu’ils ont visité pour faire apparaître une nouvelle vision personnalisée du monde. Pour chaque ville ou pays gratté, de nombreux détails apparaissent. A travers ces petites surfaces découvertes, ils ont le plaisir de retracer leur parcours. Disponible chez Nature & Découvertes.

Je vous parlerai plus en détails de mes périples dans une nouvelle rubrique à venir  prochainement : Destinations coup de coeur.

En attendant vous pouvez voir quelques photos de mes voyages sur ma page Pinterest que j’alimente régulièrement.

Stay tuned!

Amélie